Archive

Articles taggués ‘Twitter’

La veille high tech du Captain

05/04/2010

J’ai reçu il y a quelques jours un email qui m’a rappelé que je devais faire un billet sur un sujet bien précis depuis des lustres. Ce sujet, c’est la recherche d’information permanente que je mets en œuvre pour nourrir ma rubrique « actu » du podcast ainsi que ce blog (enfin, plus trop en ce moment pour le blog, mais ça reviendra peut-être un jour). Les professionnels dont c’est le métier appellent cela « faire de la veille« , ce qui chez les blogueurs consiste principalement à lire des news durant des heures en se grattant les couilles pour ensuite les paraphraser sur son propre blog.

Vu que j’ai plus trop de poneys à fouetter cette après-midi  et que les attachées de presses de Phillips refusent de me sucer depuis que j’ai perdu 15 places au top wikio, je vais donc vous faire un résumé rapide de mes méthodes de veille, avec en bonus le fichier OPML de tous les flux RSS auxquels je suis abonné.

Et justement commençons par les flux RSS car c’est le nerf de la guerre de toute bonne veille. Comme vous le savez sans doute déjà, cette technologie que l’on retrouve aujourd’hui sur 99% des bonnes sources d’actualité du net permet de récupérer à distance les dernières infos publiées sur les sites en question. Plutôt que de parcourir une liste sans fin de bookmarks, on peut donc grâce aux flux RSS regrouper sur un seul site ou logiciel l’intégralité de ses sources d’actus pour les consulter plus simplement et surtout rapidement. De nombreuses solutions dédiées à ce genre de taches existent (on appelle ça des agrégateurs entre spécialistes de la branlette high tech), mais je me contenterai juste de vous signaler deux d’entre elles : l’incontournable Google Reader et Netvibes, le challenger qui sent bon le fromage qui pue.

Personnellement, je suis resté fidèle à Netvibes pour ma veille bien que ce soit une putain d’usine à gaz qui me donne souvent envie de me planter une fourchette dans l’œil. La persévérance a d’ailleurs fini par payer puisque depuis sa dernière version (wasabi), je trouve que Netvibes arrive enfin à la hauteur de Google Reader en termes de fonctionnalités (enfin une vue reader !). Pour la rapidité par contre on repassera, mais j’imagine que cela doit grandement être due au nombre de flux RSS que j’ai rajouté dans le bordel au fil du temps, soit plus de 150 au moment où j’écris ces lignes. Mine de rien, à raison de quelques billets par jour sur chaque flux, on se retrouve vite avec 1000 articles non lus, ce qui est clairement la mort à rattraper. Ma petite règle personnelle est donc de checker mon Netvibes tous les jours de façon à ne pas laisser trop d’articles s’accumuler, ce qui dans la pratique se transforme plutôt en une lecture tous les trois ou quatre jours. Petite particularité qui m’est propre, quand je trouve une info intéressante, je la partage via Twitter, puis elle se retrouve automatiquement sur Delicious grâce à cet excellent service trouvé par Thierry. C’est très pratique pour faire une sélection qu’on utilisera plus tard pour bloguer, podcaster ou faire le malin lors des soirées blogueurs.

En dehors des RSS, Twitter est mon second outil de prédilection pour me tenir au courant de ce qui se passe sur le net et dans le microcosme High Tech. Pour cela, rien de tel que Tweetdeck avec une colonne réservée aux comptes Twitter les plus intéressant dans le domaine qui vous intéresse (une bonne liste pour commencer). Un coup d’œil rapide dans la timeline globale de mon compte (bien chargée avec 900 following) me permet aussi de voir ce qui fait le buzz et de chopper à l’occasion quelques infos intéressantes. Enfin, grâce à Twittertim.es de temps à autres, je peux voir les sujets qui ont été le plus retweetés par mes camarades lors des dernières heures. Bien pratique pour ne pas louper une info qui serait passée au milieu de la nuit (soit 11h du matin pour les geeks).

Enfin, et pour être complet, citons Delicious et les nombreux digg like (francophone ou pas), même ci ceux-ci sont sérieusement en perte de vitesse ces dernières années, pour ne pas dire aussi mort qu’un castor écrasé par un 38 tonne sur une autoroute.

Bon, et vous, vous la faites comment votre veille ? Sur Chat Roulette ou sur PornHub ?

P.S. : Et comme promis, le bonus de la mort : le fichier OPML de mon compte Netvibes. Si vous avez de bonnes sources qui n’en font pas partie, n’hésitez pas à les laisser dans les commentaires !

Web, blogs etc... , ,

Petit papa noël…

24/12/2009

Cher papa noël, comme c’est cette nuit que tu va te geler les testicules sur ton traineau à apporter des cadeaux dans le monde entier, je me suis dit qu’il était temps que je te donne ma liste de cadeaux. Je dirai même nos listes car c’est toute l’équipe de captainweb.net qui a des choses à te demander. Evidemment tu vas nous dire qu’on pourrait se les payer, mais tout l’argent durement racketté aux petites vieilles du 16ème cet été est déjà parti en putes moldaves. Les temps sont durs.

Nous serions donc bien contents que tu nous livres tout ça au plus vite malgré la mauvaise volonté de tes lutins syndicalistes. En plus on t’a fait de la pub dans le dernier Podcast alors tu nous dois bien ça espèce de vieille crevure.

  1. Kwakos en a marre de devoir travailler sur du matériel qui date du siècle dernier pour l’enregistrement de nos podcasts. Il aimerait donc bien que tu lui files une nouvelle carte son digidesign (tu peux pas te tromper, c’est celle qui coute le plus cher). Grâce à cette merveille les bruits de rots seront de bien meilleure qualité et cela devrait nous économiser un kilomètre de câblages et de montages douteux avec du scotch.
  2. LTP aimerait bien avoir une nouvelle femme russe. Cette année il a choisi Olga et contrairement à Polina, son cadeau de l’année dernière, il l’aimerait bien vivante. Evite donc de la faire passer une nouvelle fois par la grille d’aération de 20x20cm de sa cuisine. Lord Ton Pere sait bien qu’il n’a pas de cheminée et que tu tiens aux traditions, mais si tu la laisses devant sa porte il la trouvera en se réveillant le matin ne t’inquiete pas. Au pire attache la avec une chaine dans la cage d’escalier si tu as peur de la voir se barrer dans la nuit.
  3. Beaucoup, beaucoup de votes sur iTunes seraient les bienvenus (et des 5 étoiles merci). Si tu pouvais également demander à une centaine de tes lutins de cliquer 130 fois par jours sur le bouton « s’abonner » ce serait pas mal. Promis dès qu’on atteint les 30000 auditeurs on te laisse tranquille.
  4. Ce serait sympa de nous filer de nouveaux écrans pour remplacer ceux de notre studio de fortune. On a rien contre les 21 pouces CRT de 1997, mais on a déjà du se faire remplacer 5 fois les rétines et ça commence à couter cher en envoi de colis DHL depuis la Colombie (puis les chtis enfants courent de plus en plus vite là bas). On en a vu des sympas à la dernière soirée LG, malheureusement on avait plus de place dans notre fourgonnette pour les voler. Si tu arrives à convaincre Mr Koo Bon-Moo de nous sponsoriser, on lui promet de ne plus jamais parler de lui ici et d’arrêter de venir en gang défoncer les buffets du WCafé.
  5. Manox a demandé que tu achètes 150000 exemplaires de sa BD « Todo Loco » afin qu’il puisse enfin toucher assez de droits d’auteur pour s’offrir un repas au KFC de château rouge l’année prochaine. Si sa bande dessinée est en rupture de stock, il me signale que tu peux aussi lui acheter des peintures sur son site. En plus c’est un investissement d’avenir vu qu’il prévoit de mourir rapidement dans son vomi après avoir picolé trop de villageoise (la pisse d’âne vendue en bouteille plastique).
  6. Comme ici c’est quand même le VRAI blog high tech & geek de référence, tu serais bien urbain de nous mettre à la première place du top Wikio, ne serait-ce que pour avoir un blog qui parle de poneys se faisant fister à cette position enviée. On veut aussi plein de backlinks, mais ça va ensemble hein?
  7. Le Captain (ouais c’est moi), aimerait bien avoir des milliers de followers en plus sur son compte Twitter pour avoir l’air d’être aussi influent que JeanLucR. Si c’est des Britney Spears qui sucent des bites, c’est pas grave, personne va jamais regarder la liste de toutes façons.
  8. Pour notre podcast on aimerait aussi avoir plein de nouveaux invités qui ont la classe comme @dorcel, @katsuni et même @loic qui pourrait nous faire certifier tous nos comptes twitter en 30 minutes.
  9. Enfin, pour tous nos gentils lecteurs et auditeurs, on aimerait bien plein de cadeaux à distribuer lors de jeux concours tous plus hardcore les uns que les autres. Coté qualité on est pas regardant vu que c’est pas pour nous, on prend donc n’importe quoi, du kilo de patates au vibromasseur usb.

C’est tout pour nous, mais je suis sûr que nos lecteurs laisseront plein d’autres listes dans les commentaires, t’es donc prié de jeter un coup d’œil avant ta tournée, ça t’évitera d’avoir à repasser le 31 décembre.

Le navire , , ,

Twitter Chick : la vidéo du weekend

06/12/2009

Oui, il n’en faut pas beaucoup au Captain pour être heureux. Quelques putes, 30 minutes de twitter par jour et assez de graisse pour donner du cholestérol à un éléphant d’asie suffisent à mon bonheur, c’est dire si je ne suis pas exigeant. Du coup quand je tombe sur une vidéo comme celle la qui comble deux tiers de mes besoins essentiels, c’est la fête du slip. Merci à Gonzague qui a eu le bon gout de twitter l’info un samedi soir.

P.S. : Kwakos et moi même sommes à la recherche de jeunes filles pour faire le même genre de clip, alors n’hésitez surtout pas à nous contacter (si vous avez une maison avec sauna et piscine, c’est un plus).

What the fuck ,

Les premières applications utilisant la géolocalisation sous twitter arrivent

02/12/2009

Et préparez vous à en voir d’autre car mon petit doigt (celui qui me sert à prévoir la météo et à détecter les putes hongroises dans un rayon de 3km) me dit que des applications comme celle la sur iPhone vous allez en manger matin midi et soir dans les mois à venir. Pratique en tout cas pour retrouver les connards qui vous manque de respect et leur passer sur les jambes avec votre Humvee.

Trouvé sur Tools in Web

P.S.: Je sais, je sais, c’est encore une vidéo, mais rdv d’ici quelques heures pour la mise en ligne du podcast #14 enregistré cette nuit et qui s’annonce comme une grande cuvée!

Software & Apps , ,

Listes Twitter : à quoi faut t-il s’attendre?

30/10/2009

twitter-list-captainwebC’est le grand truc de la journée, la fonctionnalité qui tue et que tout le monde retourne dans tous les sens pour essayer d’en comprendre l’intérêt, je parle bien sur des listes Twitter! Peu de chance que vous soyez passé à coté si vous utilisez déjà le service ou que vous vous intéressez un minimum à l’actualité high tech, on ne parle que de cela partout depuis 48 heures. Malgré tout, comme chez le Captain on aime bien enculer les mouches, revenons un peu sur le sujet.

L’idée des listes n’est pas nouvelle en soi, Tweetdeck et Seesmic Desktop pour ne citer que ces deux programmes ont d’ailleurs implémenté le bordel depuis longtemps en interne. Pour ceux qui passent beaucoup trop de temps sur Twitter, c’est même une fonctionnalité indispensable pour séparer du bruit de la timeline, les tweets d’utilisateurs que vous jugez incontournables. Sans listes, à moins de se limiter à quelques dizaines de personnes suivies, votre veille deviendra vite ingérable et vous louperez 90% des conversations intéressantes (il y a bien une alternative consistant à rester 24h/24 le cul devant votre écran sans rien faire d’autre que de surveiller les updates, mais bon, tout le monde n’a pas la chance d’avoir un mandat de député (troll inside)).

Le principe étant connu depuis longtemps dans les applications tierces, la nouveauté se situe donc, comme vous l’avez surement deviné, sur la présence de ces listes directement sur Twitter et le partage entre utilisateur qui en découle. L’orgie étant déjà bien entamée, faisons le point sur les changements que cette nouvelle fonctionnalité va apporter :

  • Comme expliqué dans cet article bien fouillé de Kriisiis.fr, l’influence supposée d’un utilisateur ne sera plus uniquement le résultat d’un calcul foireux basé à 99% sur le nombre de followers. La fiabilité des « scores d’influence » obtenus ainsi sera t’elle meilleure? Pas évident étant donné que le copinage va beaucoup jouer dans l’établissement des listes et que je vois d’ici 150000 façons de truquer le bordel via l’API.
  • Les listes étant spécifiques à chaque compte, on va se retrouver rapidement avec des milliers de listes quasi-identiques sur certains thèmes (blogueurs, podcasteurs, putes russes pas chères etc). Comment trouver celles qui sont intéressantes? Qui mettre dans ses listes et qui virer? Cela risque de devenir un bon gros bordel comme le souligne Thierry. Certaines listes « de références » finiront par se dégager du lot, mais il y a fort à parier que celles ci seront l’oeuvre de power-user. Forcément, ça donne l’impression de tourner un peu en rond.
  • Les listes vont peut-être devenir un excellent outil pour surveiller votre identité numérique. Je n’y avais jamais pensé avant, mais cela saute aux yeux en regardant les titres des listes ou nous sommes présents. Ainsi, en jetant un coup d’oeil aux 86 listes me mentionnant, je me rend compte que, si je suis majoritairement perçu en tant que blogueur high tech, mon statut de podcasteur n’est pas bien loin derrière. Avec un bon outil d’analyse sémantique, je vois d’ici les applications d’analyse qui vont rapidement émergés.

Enfin, pour en finir, un type de liste Twitter qui va être amusant à surveiller : les listes négatives ou à fort potentiel chaotique. J’en ai déjà repéré quelque unes comme celle des trollowers de Stageeve, « la liste de Schindler » croisée sur je ne sais plus quel compte et bien entendu ma liste « Plan Sex From Outer Space » qui s’annonce comme un must have pour toutes mes followeuse.

Et vous bande de Geeks, dans quelle liste Twitter m’avez vous fourré?

Web, blogs etc... , ,

Revue de Web du jeudi 22 octobre 2009 [129]

22/10/2009
J’en ai déjà parlé longuement dans le podcast de mardi dernier mais il était difficile de ne pas revenir dessus à l’occasion de cette revue : Apple vient de mettre à jour une bonne partie de sa gamme d’ordinateurs. Si les nouveautés donnent forcement envie de braquer une banque pour se les acheter (magic mouse, iMac 16/9, new iBook etc…) la façon dont la marque a lancé ses nouveaux produits est peut être l’élément le plus intéressant de l’affaire. A vrai dire, elle nous oblige même à reconnaitre une fois de plus la supériorité d’Apple en termes de communication.
Si je vous dis cela c’est qu’il fallait quand même oser un coup pareil. Faire une keynote d’une heure en septembre pour présenter les nouveaux iPod nano dont tout le monde se bat les couilles ainsi que quelques modifications d’iTunes pour ensuite nous sortir sans prévenir, un mardi soir, de nouvelles gammes aussi importantes que celle de l’iMac ou des iBook. Illogique me direz vous ? Pas si sur !
Une mise à jour aussi importante des ordinateurs de la firme était en effet assurée de faire le buzz sans qu’Apple n’ait besoin de sortir du placard la machine de guerre habituelle. C’était loin d’être le cas des annonces de la keynote de septembre dernier. Entre l’arrivée d’une caméra inutile pour 99% des utilisateurs sur le nano et la mise à jour d’iTunes, il y avait en effet de quoi rester sur sa faim. La keynote « Rock’n Roll » était donc indispensable pour mobiliser la presse et les blogueurs autour de « l’événement » qui sans cela serait resté une anecdote de quelques lignes vite oubliée.
Microsoft et son Windows Café de Paris on probablement deux ou trois leçon à retenir de ce beau coup marketing d’Apple. Surcouf et son étoile en plastoque géante aussi, mais était il vraiment nécessaire de le préciser ?
Au tour du vrac de ces dernières heures :
Après avoir investi Facebook et Flickr, notre secrétaire d’état préférée lance son blog et inciterait même ses camarades au parlement à utiliser Twitter. Pendant ce temps la, Nadine Morano veut civiliser et filtrer le Net. Y’a encore des efforts à faire coté cohérence gouvernementale.
Fini la rigolade, les acteurs seront désormais puni de twitter lors des tournages. On attend le même genre de clause dans les contrats des blogueurs pour s’assurer que Twitter ne finisse pas par nous tuer nos chers backlinks.
Le bénéfice d’eBay est en baisse de 29%. J’attends avec impatience le moment ou le site, au bord de la faillite, se mettra lui-même en vente sur son service avec une mise à prix symbolique de 1€.
C’est bien parti pour que Free soit finalement le seul candidat à l’obtention de la quatrième licence 3G. Virgin Mobile et Numéricable ont en effet jeté l’éponge, expliquant que faute de garanties suffisantes quand à la mise en place du nouveau réseau, le dossier sentait trop le poney pour y mettre les doigts.
C’est la grosse actualité du moment : Google ET Microsoft ont signés un accord avec Twitter pour intégrer les tweets du service en temps réel dans les résultats de leurs moteurs de recherche respectifs. Ainsi, une recherche sur « caca » devrait enfin nous permettre d’avoir un instantané des gens en train de couler un bronze sur la planète entière. Le progrès amène quand même des choses merveilleuses…
Tout est dit ou presque, vous pouvez retourner perdre votre temps ailleurs jusqu’à la prochaine revue de Web.
Google annonce le WiFi gratuit dans les avions
Cinesmabite : Zombieland
La SNCF en direct sur iPhone

imac-169-nouveauJ’en ai déjà parlé longuement dans le podcast de mardi dernier mais il était difficile de ne pas revenir dessus à l’occasion de cette revue : Apple vient de mettre à jour une bonne partie de sa gamme d’ordinateurs. Si les nouveautés donnent forcement envie de braquer une banque pour se les acheter (magic mouse, iMac 16/9, new iBook etc…) la façon dont la marque a lancé ses nouveaux produits est peut être l’élément le plus intéressant de l’affaire. A vrai dire, elle nous oblige même à reconnaitre une fois de plus la supériorité d’Apple en termes de communication.

Si je vous dis cela c’est qu’il fallait quand même oser un coup pareil. Faire une keynote d’une heure en septembre pour présenter les nouveaux iPod nano dont tout le monde se bat les couilles ainsi que quelques modifications d’iTunes pour ensuite nous sortir sans prévenir, un mardi soir, de nouvelles gammes aussi importantes que celle de l’iMac ou des iBook. Illogique me direz vous ? Pas si sur !

Une mise à jour aussi importante des ordinateurs de la firme était en effet assurée de faire le buzz sans qu’Apple n’ait besoin de sortir du placard la machine de guerre habituelle. C’était loin d’être le cas des annonces de la keynote de septembre dernier. Entre l’arrivée d’une caméra inutile pour 99% des utilisateurs sur le nano et la mise à jour d’iTunes, il y avait en effet de quoi rester sur sa faim. La keynote « Rock’n Roll » était donc indispensable pour mobiliser la presse et les blogueurs autour de « l’événement » qui sans cela serait resté une anecdote de quelques lignes vite oubliée.

Microsoft et son Windows Café de Paris on probablement deux ou trois leçon à retenir de ce beau coup marketing d’Apple. Surcouf et son étoile en plastoque géante aussi, mais était il vraiment nécessaire de le préciser ?

Au tour du vrac de ces dernières heures :

Tout est dit ou presque, vous pouvez retourner perdre votre temps ailleurs jusqu’à la prochaine revue de Web.

Revues de web , , , , ,

Revue de Web du samedi 17 octobre 2009 [127]

17/10/2009

homme-invisible-chiinoisLe problème quand on laisse les news high tech de coté durant 15 jours, c’est qu’on finit par se retrouver avec assez d’informations pour remplir un tome entier des pages jaunes (ce vieux truc puant, mais très pratique quand il s’agit de torturer sans laisser de traces). D’ailleurs, c’est bien simple, si j’étais assez malade pour vouloir vous communiquer toutes les news de ces deux dernières semaines, je finirais par vous écrire une revue de Web qui taperait bien dans les 3000 ou 4000 mots.

Mon planning étant malheureusement heureusement  surchargé entre mes putes de l’est et les tavernes médiévales, je vais plutôt vous saloper le boulot rapidement et conseiller à ceux qui ont loupé quelque chose d’aller voir sur mon compte twitter les liens qui auraient échappés au crochet du Captain. Peut être même qu’en écoutant le dernier podcast et en lisant le magazine PPI, vous devriez avoir un résumé assez complet de tout ce qui s’est passé sur le net ces dernières semaines. Mais en attendant d’aller voir ailleurs si j’y suis, parlons un peu de Google.

Le géant de l’internet et de la publicité en ligne (1,5 millions d’annonceurs bordel !) est en grande forme et continue de lancer de nouveaux services tous les 5 jours. Ce n’est pas Yahoo, toujours dans le caniveau du secteur de la recherche malgré l’arrêt de son service débile d’indexation payant, qui pourrait se vanter d’un tel chiffre. Microsoft, de son coté, voit la faible progression acquise par bing ces dernières semaine s’envoler sans grand espoir de retour. Seul élément qui pourrait peut être renverser la vapeur entre les deux géants (en étant extremement optimiste) : les négociations en cours avec Twitter pour mettre la main sur sa timeline, immense réservoir d’information en temps réel. Vu que Google est également sur l’affaire, peu de chance que Balmer obtienne une exclusivité, qui ne serait de toute façon par vraiment dans l’intérêt de Twitter.

Au même moment, les équipes de Google se préparent à fister violemment Amazon avec Google Edition, une immense librairie en ligne qui devrait voir le jour l’année prochaine. Mon marabout africain m’a même prédit que le service pourrait bien sortir au même moment que la tablette d’Apple. Y’a de ces coïncidences quand même…

En vrac et en bordel:

  • Coté gadget à la con, ces mini écrans USB sont bien barrés pour reporter la palme de l’année 2009. C’est pas qu’agrandir son bureau windows sur d’autres affichage ne soit pas utile, c’est juste que le faire sur des écrans de 4 pouces met un peu l’intérêt du truc aux chiottes.
  • Si vous ne le saviez pas encore, apprenez que l’homme invisible est un chinois. Du coup, si celui-ci se fait contaminer par un zombie, il sera dur à détecter. C’est la qu’on ressent l’utilité d’investir dans un bon kit de survie en cas d’invasion.
  • En pleine traduction, Twitter prépare également son système de notation des utilisateurs et lance son principe de liste annoncé depuis longtemps. A quelques heures des cinq milliards de Tweets, je pense que l’on peut estimer à juste titre que cela ne marche pas trop mal pour le service (même si je n’aimerais pas être à la place des cons qui sont allés investir des dizaines de millions la dedans).
  • Eric, notre blogueur francophone number one, est parti enquêter et nous ramène les raisons de la disparition soudaine de TechCrunch France. Pas de panique, ils ont juste prolongé leurs vacances jusqu’en 2012, date officielle de la fin du monde.
  • Finalement, le terminator n’aura peut être pas cette rassurante allure humanoïde qu’on lui connaissait au cinéma. C’est en tout cas ma conclusion après avoir découvert ces robots cafards indestructibles. L’industrie de la tapette à insecte en titane risque de décoller d’ici une dizaine d’années.
  • Fliquer et censurer le net est un travail d’avenir. Ce coup ci c’est les buralistes qui s’y mettent en réclamant le filtrage des sites de vente de cigarettes. A leur place je demanderais également à faire bloquer toutes les recherches du type « je crache mes poumons alors que je fume seulement deux paquets de cigarettes par jour ». On ne sait jamais, un client est vite perdu.

Tout est dit ou presque, vous pouvez retourner perdre votre temps ailleurs, en écoutant par exemple quelques épisodes de notre fantastique podcast avant qu’on se fasse virer d’iTunes par Apple!

Revues de web , , , , , ,

Twitter : le travail de traduction vu de l’intérieur

10/10/2009
Si y’a bien un truc que j’aime encore plus que les putes slovaques et l’alcool frelaté, c’est bien de bosser gratuitement pour des boites qui sont évaluées à un milliard de dollars. Du coup, imaginez ma joie en recevant vendredi matin dans ma boite mail une invitation pour rejoindre le programme de traduction de Twitter. Bien que croulant sous le boulot, j’ai hésité moins d’un quart de seconde avant de cliquer sur le lien pour rejoindre l’équipe constitué à cette occasion.
Quelques heures plus tard, voici un magnifique nouvel onglet sur la gauche de mon compte Twitter qui me permet de modifier les textes d’une page ou d’accéder directement à la liste complète des termes à traduire. Sans rentrer dans le détail des traductions (surtout que je crois bien avoir accepté des conditions générales ou l’on promet de me couper les testicules si je parle trop), voici quelques informations intéressantes sur le sujet après quelques heures de pratiques :
Il est très dur de définir combien de personnes ont reçu l’invitation pour participer à la traduction du site. Je parierai pour une centaine de personnes, mais seul 34 sont actuellement actives sur le groupe créé à cet effet (et une partie d’entre elles viennent du staff de Twitter).
Comme dit précédemment, un Google Group a été créé pour l’occasion et nous y sommes en relation directe avec l’équipe de Twitter et plus particulièrement avec les huit « leaders » chargés d’encadrer la traduction française.
Si vous pensiez que traduire un site aussi minimaliste que Twitter se faisait les doigts dans le nez, détrompez-vous. Ce n’est pas moins de 1399 putains de textes qui sont à traduire, ceux ci allant du simple mot au paragraphe de 15 lignes (les sections about, help et les tips sont souvent bien galère à traduire).
Certaines brides de textes sont sacrément dures à traduire, celles ci venant de messages d’erreur ou de bouts de mail hors contexte.
Exception faite du point précédent, il faut bien reconnaitre que le système de traduction est très bien foutu. Dans le cas du travail « page par page », une fenêtre html se place en transparence par dessus la page en cours de traduction, permettant ainsi de visualiser sur quelle partie de la page on travaille. L’influence de Facebook qui avait opté pour un système équivalent se fait sentir.
Pour l’instant, seuls quelques mots semblent poser problème dans la traduction. Il s’agit sans surprise des termes « followers », « following » et « timeline ». Alors que certains (dont je fais parti) sont pour conserver les termes d’origine, la balance penche pour le moment en faveur d’une traduction complète de l’intégralité des textes. Les termes suivis/suiveurs ont heureusement été abandonnés (quasi certain à 99%) et l’on se tourne actuellement vers l’affichage d’un « X ils me suivent » et « XX je les suis ».
Enfin, voici la vidéo officielle expliquant les principes essentiels du système de traduction de Twitter que vous pouvez regarder tout en proposant votre candidature pour rejoindre l’équipe de volontaire ici.

tweeter-translation-menuSi y’a bien un truc que j’aime encore plus que les putes slovaques et l’alcool frelaté, c’est bien de bosser gratuitement pour des boites qui sont évaluées à un milliard de dollars. Du coup, imaginez ma joie en recevant vendredi matin dans ma boite mail une invitation pour rejoindre le programme de traduction de Twitter. Bien que croulant sous le boulot, j’ai hésité moins d’un quart de seconde avant de cliquer sur le lien pour rejoindre l’équipe constitué à cette occasion.

Quelques heures plus tard, voici un magnifique nouvel onglet sur la gauche de mon compte Twitter qui me permet de modifier les textes d’une page ou d’accéder directement à la liste complète des termes à traduire. Sans rentrer dans le détail des traductions (surtout que je crois bien avoir accepté des conditions générales ou l’on promet de me couper les testicules si je parle trop), voici quelques informations intéressantes sur le sujet après quelques heures de pratiques :

  • Il est très dur de définir combien de personnes ont reçu l’invitation pour participer à la traduction du site. Je parierai pour une centaine de personnes, mais seul 34 sont actuellement actives sur le groupe créé à cet effet (et une partie d’entre elles viennent du staff de Twitter).
  • Comme dit précédemment, un Google Group a été créé pour l’occasion et nous y sommes en relation directe avec l’équipe de Twitter et plus particulièrement avec les huit « leaders » chargés d’encadrer la traduction française.
  • Si vous pensiez que traduire un site aussi minimaliste que Twitter se faisait les doigts dans le nez, détrompez-vous. Ce n’est pas moins de 1399 putains de textes qui sont à traduire, ceux ci allant du simple mot au paragraphe de 15 lignes (les sections about, help et les tips sont souvent bien galère à traduire).
  • Certaines brides de textes sont sacrément dures à traduire, celles ci venant de messages d’erreur ou de bouts de mail hors contexte.
  • Exception faite du point précédent, il faut bien reconnaitre que le système de traduction est très bien foutu. Dans le cas du travail « page par page », une fenêtre html se place en transparence par dessus la page en cours de traduction, permettant ainsi de visualiser sur quelle partie de la page on travaille. L’influence de Facebook qui avait opté pour un système équivalent se fait sentir.
  • Pour l’instant, seuls quelques mots semblent poser problème dans la traduction. Il s’agit sans surprise des termes « followers », « following » et « timeline ». Alors que certains (dont je fais parti) sont pour conserver les termes d’origine, la balance penche pour le moment en faveur d’une traduction complète de l’intégralité des textes. Les termes suivis/suiveurs ont heureusement été abandonnés (quasi certain à 99%) et l’on se tourne actuellement vers l’affichage d’un « X ils me suivent » et « XX je les suis ».

Enfin, voici la vidéo officielle expliquant les principes essentiels du système de traduction de Twitter que vous pouvez regarder tout en proposant votre candidature pour rejoindre l’équipe de volontaire ici.

Web, blogs etc... ,

Revue de Web du mardi 29 septembre 2009 [125]

29/09/2009
Comme le Captain vous le disait dans l’édito d’hier (oui, j’aime parler de moi à la troisième personne au cas où vous ne l’auriez pas déjà remarqué), il est largement temps de faire revenir les revues de Web de façon régulière. Pour y arriver, il n’y a pas 150 solutions, il faut se sortir les doigts du cul et retourner au charbon. Fini donc les putes russes et les attachées de presse lubriques de chez Microsoft et retour aux bonnes vieilles revues, plus courtes et surtout plus rapides à écrire. Le style risque de s’en ressentir, mais WTF après tout, ce n’est pas comme si je m’adressais à l’académie française.
Et pour commencer cette semaine je vais vous parler de l’arrivée de GoDaddy en Europe. Cette info qui ne devrait intéresser que les travailleurs du Web pourrait bien changer la gueule du marché de l’hébergement Web en France, pour l’instant largement trusté par OVH et Amen (qui appartient au géant allemand 1&1). Contrairement aux services internet qui généralement s’internationalisent très rapidement, les hébergeurs qui souhaitent s’installer dans de nouveaux pays doivent investir énormément de pognon. Datacenter à construire, bande passante, marketing, équipe à recruter etc, autant de dépenses qui font réfléchir à deux fois avant de se lancer dans l’aventure. Du coup, il est facile de deviner que si GoDaddy s’est enfin décidé à se lancer, ce n’est pas pour se contenter de 5% du marché. Les années à venir risquent donc d’être intéressante et promettent une bataille mémorable entre OVH, hébergeur extrêmement innovant et réactif mais dont la communication laisse sérieusement à désirer, et son nouveau concurrent américain, géant blindé de pognon et disposant d’équipes marketing dopées aux hormones de cheval.
Relativisons tout de même, Google, qui est actuellement son propre hébergeur, mettrais tout le monde d’accord si l’envie lui prenait soudain de se lancer dans l’hébergement. Normal, quand on délivre gratuitement 10 milliards de vidéos par mois, ce n’est pas quelques millions de sites à héberger qui vous font salir votre slip.
En vrac, rapidement et à l’arrache :
Vous vous souvenez de Big Dog? Et bien tremble mortel car il a désormais un petit frère, Little Dog qui ne servira surement pas au transport de victime. Par contre, il me semble bien taillé pour livrer des bombes à sous munition.
L’Europe rattrape chaque jour son retard sur les Etats-Unis. Alors certes, on n’a pas encore d’entreprise comme Google, mais les citoyens Européen auront bientôt la joie d’être sous la surveillance d’un équivalent d’Echelon bien de chez nous.
A chaque revue, j’aime vous présenter quelque chose qui ne sert strictement à rien. Cette fois ci je vous ai trouvé GigaTweet, un compteur du nombre de messages total écrits depuis le lancement de twitter. Si quelqu’un trouve une utilité à ce machin, merci de contacter CNN.
Dès 2010 les vampires auront enfin leur propre boisson énergétique. Je pensais tester cette merde à sa sortie, mais finalement je vais plutôt aller place de la bastille et me foutre de la gueule des gothiques qui en auront acheté 50 caisses.
Internet, ça sert aussi à diffuser des vidéos scientifiques, comme cette fascinante vidéo d’une fessée en slow motion.
Tout est dit ou presque, vous pouvez retourner perdre votre temps ailleurs jusqu’au live du podcast, ce soir à 23h30!

Godaddy_super_bowlComme le Captain vous le disait dans l’édito d’hier (oui, j’aime parler de moi à la troisième personne au cas où vous ne l’auriez pas déjà remarqué), il est largement temps de faire revenir les revues de Web de façon régulière. Pour y arriver, il n’y a pas 150 solutions, il faut se sortir les doigts du cul et retourner au charbon. Fini donc les putes russes et les attachées de presse lubriques de chez Microsoft et retour aux bonnes vieilles revues, plus courtes et surtout plus rapides à écrire. Le style risque de s’en ressentir, mais WTF après tout, ce n’est pas comme si je m’adressais à l’académie française.

Et pour commencer cette semaine je vais vous parler de l’arrivée de GoDaddy en Europe. Cette info qui ne devrait intéresser que les travailleurs du Web pourrait bien changer la gueule du marché de l’hébergement Web en France, pour l’instant largement trusté par OVH et 1and1. Contrairement aux services Internet qui s’internationalisent souvent très rapidement, les hébergeurs qui souhaitent s’installer dans de nouveaux pays doivent investir énormément de pognon. Datacenter à construire, bande passante, marketing, équipe à recruter etc, autant de dépenses qui font réfléchir à deux fois avant de se lancer dans l’aventure. Du coup, il est facile de deviner que si GoDaddy s’est enfin décidé à se lancer, ce n’est pas pour se contenter de 5% du marché. Les années à venir risquent donc d’être intéressantes et promettent une bataille mémorable entre OVH, hébergeur extrêmement innovant et réactif mais dont la communication laisse sérieusement à désirer, et son nouveau concurrent américain, géant blindé de pognon et disposant d’équipes marketing dopées aux hormones de cheval.

Relativisons tout de même, Google, qui est actuellement son propre hébergeur, mettrait tout le monde d’accord si l’envie lui prenait soudain de se lancer dans l’hébergement. Normal, quand on délivre gratuitement 10 milliards de vidéos par mois, ce n’est pas quelques millions de sites à héberger qui vous font salir votre slip.

En vrac, rapidement et à l’arrache :

  • Vous vous souvenez de Big Dog? Et bien tremble mortel car il a désormais un petit frère, Little Dog qui ne servira surement pas au transport de victimes sur les champs de batailles. Par contre, il me semble bien taillé pour livrer des bombes à sous munition.
  • L’Europe rattrape chaque jour son retard sur les Etats-Unis. Alors certes, on n’a pas encore d’entreprise comme Google, mais les citoyens Européen auront bientôt la joie d’être sous la surveillance d’Indect, un équivalent d’Echelon bien de chez nous.
  • A chaque revue, j’aime vous présenter quelque chose qui ne sert strictement à rien. Cette fois ci je vous ai trouvé GigaTweet, un compteur du nombre de messages total écrits depuis le lancement de twitter. Si quelqu’un trouve une utilité à ce machin, merci de contacter CNN.
  • Dès 2010 les vampires auront enfin leur propre boisson énergétique. Je pensais tester cette merde à sa sortie, mais finalement je vais plutôt aller place de la bastille et me foutre de la gueule des gothiques qui en auront acheté 50 caisses.
  • Internet, ça sert aussi à diffuser des films scientifiques, comme cette fascinante vidéo d’une fessée en slow motion.

Tout est dit ou presque, vous pouvez retourner perdre votre temps ailleurs jusqu’au live du podcast, ce soir à 23h30!

Revues de web , , , , , ,

Revue de Web du lundi 14 septembre 2009 [120]

14/09/2009
Merde, déjà le 14 septembre ! Il était en effet temps de reprendre les revues de Web avant qu’elles ne se transforment en cadavres puants et commencent à infester mon galion numérique. Comme la dernière revue date d’il y a presque un mois, on va se contenter de résumer rapidement les derniers jours d’actu avant de repartir sur de la news bien fraiche dès demain (car l’info High Tech périmée c’est comme le poisson pourri, ça schlingue et ça vous rends malade).
Pour commencer, revenons rapidement sur l’événement de la semaine dernière, celui pour lequel des millions de Geek sont restés devant leurs écran plus d’une heure la bite à la main, je vous parle bien entendu de la keynote Apple « Rock’n Roll ».
Alors autant vous le dire tout de suite au cas où vous ne seriez pas au courant, c’était carrément du foutage de gueule. Non pas que les nouveautés annoncées méritent de finir aux chiottes, mais de la à en faire une keynote d’une heure, faut peut-être pas abuser. Si tous les constructeurs faisaient pareil, on se retrouverait à suivre chaque semaine des conférences Brando durant lesquelles leur directeur créatif (dont j’aimerais bien voir la gueule soit dit en passant) nous parlerait de ses nouveaux hubs USB en forme de plaque de vomi.
Finalement, la seule véritable info à retenir, c’est le retour de Steve Jobs sur le devant de la scène. Sa présence hautement symbolique est un signe fort de la part d’Apple qui démontre ainsi que le messie est bien revenu aux commandes de la société. Une bonne nouvelle pour les fans boys et les détenteurs d’action qui espèrent toujours aussi fort une tablette signé Steve pour la prochaine keynote de janvier. D’autres comme Amazon ou Asus et son EEE Reader font probablement moins la fête et se prépare déjà à serrer les fesses.
En vrac pour la reprise :
Vous ne le saviez peut-être pas, mais le département R&D de Facebook est uniquement constitué de lutins albinos qui font la liste des fonctionnalités qu’il est encore possible de pomper sur Twitter. Heureusement pour le service de micro-blogging, certaines choses sont plus difficilement copiables, comme ces cinq particularités dont Tremendousnews.com nous fait la liste.
Sur Google Caféine, les résultats de recherche sont désormais en temps réel. Super utile pour savoir combien de fois le mot « pute » a été rajouté dans les résultats du moteur lors des 45 dernières secondes.
Votre portable 17 pouces pèse déjà trois tonnes et à chaque déplacement  vous maudissez le vendeur de surcouf qui vous l’a refourgué? Vous détesterez alors la prochaine génération de portable avec double écran  qui nécessitera l’achat d’un fenwick pour les transporter.
Le civet de lapin électronique commence à sentir le cramé puisque les trois offres de reprise de Violet, la société  créatrice du Nabaztag  (actuellement en redressement judiciaire), ont toutes été refusés par la justice. Si vous possédez l’un de ces machins, c’est le bon moment pour essayer de le revendre sur eBay.
Chez Orange, on manque d’antidépresseurs, mais on a des idées quand il s’agit de se faire un tas de fric sur du vent.  Dernière idée en date de notre opérateur préféré : proposer un clone de la wikipédia avec de la pub. En échange la fondation Wikimédia bénéficiera des outils développés par le FAI pour porter l’encyclopédie sur mobile. Reste à savoir qui baise qui dans l’affaire, mais j’ai déjà une petite idée de la réponse…
Quand le département marketing d’une marque comme Nespresso ne sait plus comment dépenser son budget pub, il se lance dans la création de surfaces interactives qui vous donne des infos sur le café que vous êtes en train de boire. Je rêve que le rade à coté de chez moi ait le même genre de gadget, que je puisse enfin retrouver l’ordure qui fabrique son jus de pisse et l’abattre d’une balle dans la nuque.
Tout est dit ou presque, vous pouvez retourner perdre votre temps ailleurs!

steve-jobs-fortuneMerde, déjà le 14 septembre ! Il était en effet temps de reprendre les revues de Web avant qu’elles ne se transforment en cadavres puants et commencent à infester mon galion numérique. Comme la dernière revue date d’il y a presque un mois, on va se contenter de résumer rapidement les derniers jours d’actu avant de repartir sur de la news bien fraiche dès demain (car l’info High Tech périmée c’est comme le poisson pourri, ça schlingue et ça vous rend malade).

Pour commencer, revenons rapidement sur l’événement de la semaine dernière, celui pour lequel des millions de Geek sont restés devant leurs écran plus d’une heure la bite à la main, je vous parle bien entendu de la keynote Apple « Rock’n Roll ».

Alors autant vous le dire tout de suite au cas où vous ne seriez pas au courant, c’était carrément du foutage de gueule. Non pas que les nouveautés annoncées méritent de finir aux chiottes, mais de la à en faire une keynote d’une heure, faut peut-être pas abuser. Si tous les constructeurs faisaient pareil, on se retrouverait à suivre chaque semaine des conférences Brando durant lesquelles leur directeur créatif (dont j’aimerais bien voir la gueule soit dit en passant) nous parlerait de ses nouveaux hubs USB en forme de plaque de vomi.

Finalement, la seule véritable info à retenir, c’est le retour de Steve Jobs sur le devant de la scène. Sa présence hautement symbolique est un signe fort de la part d’Apple qui démontre ainsi que le messie est bien revenu aux commandes de la société. Une bonne nouvelle pour les fans boys et les détenteurs d’action qui espèrent toujours aussi fort une tablette signée Steve pour la prochaine keynote de janvier. D’autres comme Amazon ou Asus et son EEE Reader font probablement moins la fête et se préparent déjà à serrer les fesses.

En vrac pour la reprise :

  • Vous ne le saviez peut-être pas, mais le département R&D de Facebook est uniquement constitué de lutins albinos qui font la liste des fonctionnalités qu’il est encore possible de pomper sur Twitter. Heureusement pour le service de micro-blogging, certaines choses sont plus difficilement copiables, comme ces cinq particularités dont Tremendousnews.com nous fait la liste.
  • Sur Google Caféine, les résultats de recherche sont désormais en temps réel. Super utile pour savoir combien de fois le mot « pute » a été rajouté dans les résultats du moteur lors des 45 dernières secondes.
  • Votre portable 17 pouces pèse déjà trois tonnes et à chaque déplacement  vous maudissez le vendeur de surcouf qui vous l’a refourgué? Vous détesterez alors la prochaine génération de portable avec double écran qui nécessitera l’achat d’un fenwick pour les transporter.
  • Le civet de lapin électronique commence à sentir le cramé puisque les trois offres de reprise de Violet, la société  créatrice du Nabaztag  (actuellement en redressement judiciaire), ont toutes été refusées par la justice. Si vous possédez l’un de ces machins, c’est le bon moment pour essayer de le revendre sur eBay.
  • Chez Orange, on manque d’antidépresseurs, mais on a des idées quand il s’agit de se faire un tas de fric sur du vent.  Dernière idée en date de notre opérateur préféré : proposer un clone de la wikipédia avec de la pub. En échange la fondation Wikimédia bénéficiera des outils développés par le FAI pour porter l’encyclopédie sur mobile. Reste à savoir qui baise qui dans l’affaire, mais j’ai déjà une petite idée de la réponse…
  • Quand le département marketing d’une marque comme Nespresso ne sait plus comment dépenser son budget pub, il se lance dans la création de surfaces interactives qui vous donnent des infos sur le café que vous êtes en train de boire. Je rêve que le rade à coté de chez moi ait le même genre de gadget, que je puisse enfin retrouver l’ordure qui fabrique son jus de pisse et l’abattre d’une balle dans la nuque.

Tout est dit ou presque, vous pouvez retourner perdre votre temps ailleurs!

Revues de web , , , , , ,