Accueil > Le Podcast High Tech > L’apéro du Captain #317 : La chasse aux troll du railroad-hole

L’apéro du Captain #317 : La chasse aux troll du railroad-hole

Nous voila enfin arrivé en fin de saison! Et pour célébrer cet avant dernier épisode de la S11, qui fut décidément difficile, LTP revient à ses premiers amour avec un dossier sur la loi Avia, aussi touffu que son anatomie (les VIC comprendront).

Pour écouter cette merveille, vous pouvez télécharger l’épisode ici en mp3, ou vous rendre comme il se doit sur votre application de podcast préférée!

Il ne reste plus que le tristement célebre « Season Final », qui comme chaque année vous fera remettre en question vos choix de vie. Mise en ligne ce week-end, juste avant la reprise officielle de l’ADC pour une douzième année, le mardi 15 septembre 2020 (21h30 précise sur Twitch)!

Le Podcast High Tech ,

http://www.wikio.fr
  1. L’or de ton père
    18/09/2020 à 09:42 | #1

    Super interessant, j’aurais 2-3 remarque sur l’histoire de la loi Avia:

    1- Perso, je suis contre la loi Avia, mais je trouve ca assez effrayant que des types non-élus puisse casser une loi votée par l’AN – au niveau démocratique / souveraineté je trouve ca assez triste.

    2- Est-ce que les problèmes réels ne sont pas en fait les lois limitant la liberté d’expression (gayssot & co) ? Car si cela est de bonne intention, cela avait visiblement un sens dans un monde centralisé où on peut censurer quelqu’un sans l’inviter à la TV + radio, aujourd’hui cela n’aurait plus de sens…

    3- Enfin, au sens «  » »moral » » »/philosophique, on pourrait se demander si les USA avec leur 1re amendement, ne sont pas plus rationnel dans leur vision d’un monde démocratique et décentralisé qu’est l’internet en particulier, que la France avec son monolithisme.

  2. jefaispeuralafoule
    21/09/2020 à 09:51 | #2

    @L’or de ton père
    En fait non (pour la partie USA). Les USA pratiquent différemment car eux usent et abusent des deux extrêmes, à savoir une « liberté » quasi absolue en terme de diffusion… puis une censure paranoïaque par derrière. Il suffit de voir que les clips des rappeurs américains pétris de f.ck à tout bout de champ sont soit open bar, soit bipés à mort selon l’horaire de diffusion. Pire encore, côté diffusion numérique (spotify), un même artiste peut avoir un morceau X non censuré, et un morceau plus récent Y bipés à mort. Leurs mécanismes de censure et de régulations sont pour moi très curieux. On autorise un traitement minable des femmes, par contre bouuhhh cachez moi ce bout de sein que je ne saurais voir!

  3. L’or de ton père
    26/09/2020 à 23:08 | #3

    @jefaispeuralafoule
    Certes, c’est le paradoxe américain dont a parlé LTP il me semble. Il faudrait aussi parler de la cancel-culture, mais qui est plus récente et assez orienté politiquement. Cela aurait été intéressant d’en parler dans le podcast, à mon avis elle a un rapport directe avec la loi Avia.

  1. Pas encore de trackbacks