Accueil > Le Podcast High Tech > L’apéro du Captain #118 : L’apéro-boobs des palmes aux couilles de la conquête spatiale privée

L’apéro du Captain #118 : L’apéro-boobs des palmes aux couilles de la conquête spatiale privée

Cette semaine c’est au tour de l’épisode #118 d’être posté, un numéro que j’oserais presque qualifier d’intime puisque nous n’étions que quatre dans notre QG secret, à parler d’espace, de technologie, et de cul.

Au programme donc, un dossier de LTP qui part dans la stratosphère, une chronique de Manox d’outre espace et aussi un concours de tee-shirt mouillé parce qu’on aime bien cela:

  • L’introduction ou l’on parle de la prochaine nuit au Max Linder
  • Les news high tech avec du Facebook, des licenciements et des boobs
  • LTP nous parle des sociétés privés à la conquête de l’espace
  • Une nouvelle chronique spatiale de Manox
  • Le wazzuf qui pousse au suicide (avec un kit)

Pour ne pas changer, direction ce lien pour le fichier mp3 (« enregistrer sous » etc), ou rendez-vous sur notre page iTunes pour les plus acharnés. Ce sera aussi sur freepod un jour prochain (mais pas demain) pour l’écoute en stream.

A la semaine prochaine pour un nouveau live de l’ADC!

Le Podcast High Tech , , ,

http://www.wikio.fr
  1. Xavier
    25/05/2012 à 16:19 | #1

    Cool

  2. Zyp
    25/05/2012 à 21:06 | #2

    Concernant Kickstarter on est débité de la somme qu’on a « promis » que si le projet arrive au bout, donc si la somme désirée n’est pas atteinte, on perd pas de sous….

  3. Johnmingzed
    25/05/2012 à 23:22 | #3

    Chouette épisode ! Perso j’aime beaucoup quand vous ne vous retrouvez qu’à tout les quatre.

    Sinon, j’attends avec impatience les nouveaux t-shirt pour passer ma commande !

  4. Suntheran
    27/05/2012 à 01:15 | #4
  5. Nico
    30/05/2012 à 16:57 | #5

    Pour le idermal (les aimants sur le bras pour l’Ipod Nano) je comprends pas pourquoi tout le monde en parle. Le piercing microdermal est très répandu. J’en ai moi même un sur le bras. Là ou je l’ai fait, dans une petite ville de Bretagne, on m’a dit qu’il en faisait en moyenne un par jour (essentiellement de filles et pas mal entre les deux seins). On peut visser n’importe quel bijou, il a choisi de mettre des aimants c’est juste là qu’il a innové. Ceci dit c’est vrai que l’acte en lui même est un peu gore pour les non adeptes mais pas plus qu’une scarification, que du branding, de la suspension ou qu’un bon vieux Prince Albert.

  1. Pas encore de trackbacks