Concept génial mais un poil compliqué puisqu’il vous faudra une imprimante Toshiba compatible et la machine à effacer de l’autre coté. Du coup, le coté écologique de la chose me semble un poil foutu aux orties vu que la chiotte qui efface le bordel a pas vraiment l’air d’être construite en bois et en carton. Enfin allez savoir, peut être qu’après 3 millions de pages recyclés ça devient effectivement rentable.

En tous cas je prévois un gros succès du bordel chez les comptables et les hommes politiques.