OrcMust Die! c’est quoi ce truc ? Encore un enième jeu de fantasy où on doit tabasser de la peau verte par paquet de 100 ? Clairement, oui. Mais !…

Orc Must Die! est une sorte de tower defense où l’ont dirige son personnage (vu de dos).

Scénaristiquement parlant : Le grand gardien de la Faille (passage entre les donjons et le monde humain) meurt en glissant sur une tâche de sang et s’éclate la tronche sur une marche d’escalier. (Putain sérieusement ? ) vous êtes son apprenti, pas prêt, pas doué, pas malin. Mais vous devez quand même protéger la Faille de la horde de peaux verdâtres et belliqueuses. Pas question de se branler la nouille en attendant que le monde humain soit envahi.

Mais comment un mec avec deux mains gauches pleines de pouces pourrait défendre la Faille ? En utilisant des pièges ! Le jeu garde le principe du Tower Defense, on doit piéger le chemin qu’emprunte les orcs pour réduire leurs effectifs de « beaucoup » à « plus rien ». Mais les pièges sont plus fourbes et marrants que dans un tower defense basique. Par exemple : plaque à pieux, mur de flèches, morgenstern géant sur balancier, lames murales, plaque à rebond, plaque de vapeur, goudron, archer, etc. Mais vous pouvez aussi vous aidez du décor ! Lustres, récipient remplit d’acide, bref c’est la fête.

Vous commencez, la horde est bloquée derrière une ou plusieurs portes, et vous, vous avez une certaine somme à dépenser pour acheter vos pièges et les placer. Mais avant vous devez remplir votre barre d’inventaire avec vos pièges et armes. Cette barre ne peut être changé qu’à chaque niveau.  C’est bon ? Alors… LET’S GO ! On balance cette putain de horde dans le jeu ! Prenez votre arbalète (qui tire aussi bien qu’un vibromasseur tricote) et achevez les plus résistants qui sont passés à travers votre défense. C’est bon, ils sont mort et là que voyez vous à l’écran ? « Nouvelle vague dans 10 secondes » En 10 secondes vous devez placer vos nouveaux pièges, vendre les plus nuls, reprendre un peu de vie (potion au sol ou en allant près de la Faille), et puis retourner maraver de la peau verte.

Vous avez (dans les 10 premiers niveaux) 9 vagues à repousser et toutes les 3 vagues, c’est la pause. C’est à dire que c’est à vous de relancer la horde. Puis c’est 10 vagues, etc. Et voilà ! C’est ça Orc Must Die! Du bourrinage de race modèle concret!  Et à chaque nouveau niveau, un nouveau piège ou une nouvelle arme ! (bracelet repoussant, lance boule de feu, tisseuse, etc.) Une fois le jeu fini, c’est pas la fin ! (Heu..). Il y a le mode cauchemar ! C’est fini les 10 secondes entre chaque vague, maintenant c’est 3 secondes ! Comme dirait ma sainte soeur – « Chie dans la colle, amuse tes potes. »

Bien, passons à la patte graphique et sonore Très cartoon (ce qui renfonce l’aspect funky du jeu), les animations sont assez bien foutues. L’aspect sonore est vraiment bon. Commentaire de l’apprenti en français (mais drôle quand même) les musiques sont juste parfaites. Calme pendant les phases de préparation et bien punchy pendant les phases de baston. Dans un style très médiaval-marave.

Pour conclure, une petite fiche technique. Orc Must Die!

Plateformes: PC STEAM (Alentour de 12€), Xbox live arcade (1200 MSP), Playstation NetWork (Alentour de 12€)

Date de sortie: 05 octobre 2011

Dev:  Robot Entertainment  (Age of Empire II, Age of Empire Online et Halo Wars)

Multijoueur: Pas de jeu online, que de la comparaison de score. (Qui a la plus grande?)

Démo: Sur toute les plates-formes, oui.

Voila, maintenant je retourne violer de la peau verte.