Il y a trois semaines de cela,  nous étions quelques blogueurs à venir piller sur invitation le buffet LG organisé pour présenter les dernières nouveautés vidéo et informatique de la marque. Une bonne occasion de bouffer à l’œil bien sur, mais aussi de découvrir les nouveaux produits en question car dans la blogosphère High Tech on a quand même une éthique (ah ah, non je déconne la, vous l’aurez deviné). Parmi tous les produits présentés, la grosse vedette de la soirée était le NAS N2B1 que j’ai eu la chance de gagner lors de l’un des jeux organisés ce soir la.

L’occasion étant trop belle (ce n’est pas encore tous les jours que j’ai sous la main ce genre d’engin), je m’étais promis de le tester de façon intensive pour vous sortir un article sur son utilisation. Trois semaines plus tard et après avoir retourné le machin dans tous les sens, voici enfin l’article, avec un petit énorme bonus, puisque LG va offrir un NAS d’une valeur de plus de 300€ à l’un d’entre vous (via un tirage au sort parmi les commentaires de ce billet que je ferai d’ici quelques jours). Il se pourrait même que Katsuni vienne vous le livrer en bikini, mais je m’avance peut-être un peu sur ce point la because ça caille sec dehors en ce moment.

Un test complet? On va préférer le terme « prise en main » hein…

Oui, parce qu’à la place d’un test hyper-complet de l’engin avec des vidéos en HD et des camemberts animés en 3D, je me suis finalement plutôt décidé à vous faire une « prise en main » comme le dirait certains collègues. Déjà car je ne suis pas ingénieur et que j’aurai donc du mal à vous dire si les performances réseau sont à la hauteur de la carte Gigabyte intégrée ou si le RAID Hard est mieux que le Soft. Ensuite parce que d’autres blogueurs ont déjà fait de nombreux tests et que je ne pense pas pouvoir faire mieux qu’eux dans le genre. Donc, si vous voulez plus de détails, allez voir chez Fred, Korben, ou même chez 01.net. Si pas contre vous voulez juste un survol de la machine et beaucoup de grossièretés, je vous invite à lire la suite.

NAS ? OMG but WTF is that ?

C’est surement le premier point à aborder pour ceux qui sont à la ramasse en informatique : un NAS, qu’est ce que c’est ? La réponse est simple : c’est un disque dur connecté en réseau et indépendant de tout ordinateur. Contrairement à vos disques externes USB, vous n’aurez donc rien à brancher sur votre machine pour accéder aux données stockées sur un NAS. Celui-ci est en effet connecté en permanence au réseau local et prêt à tout moment à recevoir ou envoyer des fichiers.

Mieux que ça, un NAS bien configuré vous servira de coffre fort numérique puisque les 2 disques durs embarqués se chargeront de sécuriser en double exemplaire chaque fichier. Ceux qui ont déjà perdu un disque dur rempli de 200go de sextapes apprécieront cette fonctionnalité à sa juste valeur (miss Paris, on pense très fort à toi et à toutes tes collègues).

Au delà de ces fonctions essentielles de stockage et de protection des données, les NAS destinés à une utilisation domestique comme c’est le cas du LG N2B1 disposent souvent de nombreuses autres fonctionnalités que nous aurons l’occasion de survoler dans les prochains paragraphes.

Mais d’abord, déballons et branchons le bordel…

Une première chose qui saute aux yeux dès la sortie du NAS LG de sa boite est la très bonne qualité des finitions. Qu’il s’agisse du design général du boitier, du plastique utilisé ou du mécanisme d’éjection des disques dur, les finitions semblent excellentes. C’est une bonne surprise car, même si j’avais déjà eu l’occasion de le tripoter précédemment, le packaging de la boite ne laissait pas présager le meilleur.

Autre point fort de l’engin : la présence sur le modèle le plus cher d’un lecteur/graveur blu ray qui vous permettra de sauvegarder vos données sur disque, histoire d’être vraiment sur de ne rien perdre au cas où votre femme, excédée par l’empilement de saloperies High Tech au milieu du salon,  décide de foutre le feu à votre intérieur. Les plus pauvres d’entre vous se contenteront quand à eux d’un graveur DVD qui devrait quand même faire l’affaire dans 99% des cas.

Une autre bonne nouvelle, c’est qu’une fois sorti de sa boite, brancher le NAS est presque aussi simple que de brancher un disque dur USB. Une prise de courant, un câble réseau et c’est parti : après quelques secondes de boot, l’unité récupère une ip sur le réseau et est immédiatement accessible depuis votre ordinateur. Pour peu que vous ne vouliez pas lui en demander plus, vous pourrez donc commencer immédiatement à sauvegarder votre Téraoctet de vidéo de vacances à Pouillave-sur-mer sans configuration supplémentaire. Du coté de la vitesse de transfert, si celle ci dépendra évidement de votre équipement réseau (carte, câbles, routeur) et de la qualité de vos disques durs, il est intéressant de savoir que le N2B1 dispose par défaut d’une interface Gigabyte.

Enfin, sans rentrer dans les détails techniques signalons que ce NAS LG dispose en plus du port Ethernet, de 3 ports USB, d’un port eSATA et d’un lecteur de cartes mémoires reconnaissant la plupart des formats actuels (mais pas les Compacts Flash, je dois être maudit). Toutes ces connexions vous permettront de sauvegarder en un seul clic les périphériques que vous brancheriez dessus (clé usb, disque externe, lecteur de disquette 5″1/4 etc…).

Configuration et services

Accessible directement depuis votre navigateur web, l’interface de configuration du N2B1  est plutôt bien foutue. Divisée en six sections, elle permet de configurer le fonctionnement de la machine, mais aussi de paramétrer les accès et les différents services.

Les deux disques durs intégrés peuvent ainsi être configurés en plusieurs modes, selon que l’on privilégie la place ou la sécurité. Etant personnellement très inquiet de la survie de mes 500Go de vidéos de cul, j’ai opté pour la seconde solution qui garantie la redondance des paires de fesses données (RAID1). Ce mode a également l’avantage de permettre à tout moment de retirer l’un des deux disques pour le remplacer par un nouveau qui recevra alors une copie des données du premier (faut pas être pressé quand même, le mirroring ça prend un putain de temps).

Autre possibilité intéressante, d’autant plus qu’elle semble rare sur les NAS évoluant dans cette gamme de prix : la gestion des coupures d’électricité via un mini-onduleur intégré qui vous gardera le système en route assez longtemps pour éteindre proprement les disques durs. Pratique si vous habitez dans le trou du cul du monde ou à coté d’une permanence de la CGT d’EDF.

Du coté de la gestion des utilisateurs, on retrouve des options qui ne dépayseront pas la plupart d’entre vous, qu’il s’agisse des groupes ou de la limitation des accès par dossier. Il est également possible de configurer un accès DDNS en quelques secondes via un service hébergé par LG qui vous permettra d’accéder à vos disques depuis n’importe quel ordinateur connecté à Internet. Pour l’avoir testé plusieurs fois, le système est très efficace, même si je rencontre souvent des problèmes pas possibles pour sortir le NAS de veille (sans compter que les utilisateurs lambda ne semblent pas autorisés à accéder de cette façon ci aux disques, c’est compte administrateur obligatoire).

Enfin, pour terminer, je suis bien obligé de citer la tripoté de services fournis, même si je suis loin de tous les avoir testés : FTP, AFP (le protocole mac, pas l’agence de presse), serveur d’impression, serveur de musique iTunes, Time Machine et surtout… Torrent ! Car oui, on peut directement télécharger via le protocole BitTorrent, ce qui est bien pratique quand l’on ne veut pas laisser tourner son ordinateur 24/24 pour récupérer la dernière Ubuntu (ouais, je suis un gros consommateur de distribution linux, j’en télécharge au moins dix par semaines). Big Up à LG pour cette fonctionnalité de la mort, même si comme Korben je n’aurais pas été contre la possibilité de configurer un VPN.

Et au final, la conclusion ?

Et bien la conclusion, c’est qu’une fois qu’on y a gouté, un NAS comme le N2B1 sait vite se rendre indispensable. La capacité de stockage (2x 1To ou 1To en RAID1 dans notre cas), la sécurisation des données, l’accès à nos photos de poneys depuis n’importe quel poste connecté à Internet via DynDNS ou FTP, sans compter les fonctionnalités telles que l’application Torrent sont autant d’arguments qui ne donnent plus envie de s’en séparer. La configuration est relativement simple et donc accessible au plus grand nombre, même si il faudra quelquefois tripoter au routeur pour activer certains services (l’UPNP entre autre).

Restons objectif toutefois. N’ayant pas eu l’occasion de tester d’autres marques (et n’ayant pas reçu de liasses de billets de la part de LG) je ne peux pas vous faire de comparatif et donc vous affirmer que celui-ci est ce qui se fait de mieux dans le genre. En termes de prix, le N2B1 nu (sans disques dur) semble en tout cas bien placé par rapport à ses concurrents. Pour le reste, je vous renvoie vers les tests liés en début d’article et je vous invite à laisser un commentaire pour gagner vous aussi un NAS LG et vous faire ainsi une idée par vous-même !

P.S. : Je précise que ceci n’est pas un article sponsorisé, même si j’ai picolé à l’œil et bouffé comme un ogre lors de la soirée LG dont je parle en début d’article.