twitter-list-captainwebC’est le grand truc de la journée, la fonctionnalité qui tue et que tout le monde retourne dans tous les sens pour essayer d’en comprendre l’intérêt, je parle bien sur des listes Twitter! Peu de chance que vous soyez passé à coté si vous utilisez déjà le service ou que vous vous intéressez un minimum à l’actualité high tech, on ne parle que de cela partout depuis 48 heures. Malgré tout, comme chez le Captain on aime bien enculer les mouches, revenons un peu sur le sujet.

L’idée des listes n’est pas nouvelle en soi, Tweetdeck et Seesmic Desktop pour ne citer que ces deux programmes ont d’ailleurs implémenté le bordel depuis longtemps en interne. Pour ceux qui passent beaucoup trop de temps sur Twitter, c’est même une fonctionnalité indispensable pour séparer du bruit de la timeline, les tweets d’utilisateurs que vous jugez incontournables. Sans listes, à moins de se limiter à quelques dizaines de personnes suivies, votre veille deviendra vite ingérable et vous louperez 90% des conversations intéressantes (il y a bien une alternative consistant à rester 24h/24 le cul devant votre écran sans rien faire d’autre que de surveiller les updates, mais bon, tout le monde n’a pas la chance d’avoir un mandat de député (troll inside)).

Le principe étant connu depuis longtemps dans les applications tierces, la nouveauté se situe donc, comme vous l’avez surement deviné, sur la présence de ces listes directement sur Twitter et le partage entre utilisateur qui en découle. L’orgie étant déjà bien entamée, faisons le point sur les changements que cette nouvelle fonctionnalité va apporter :

  • Comme expliqué dans cet article bien fouillé de Kriisiis.fr, l’influence supposée d’un utilisateur ne sera plus uniquement le résultat d’un calcul foireux basé à 99% sur le nombre de followers. La fiabilité des « scores d’influence » obtenus ainsi sera t’elle meilleure? Pas évident étant donné que le copinage va beaucoup jouer dans l’établissement des listes et que je vois d’ici 150000 façons de truquer le bordel via l’API.
  • Les listes étant spécifiques à chaque compte, on va se retrouver rapidement avec des milliers de listes quasi-identiques sur certains thèmes (blogueurs, podcasteurs, putes russes pas chères etc). Comment trouver celles qui sont intéressantes? Qui mettre dans ses listes et qui virer? Cela risque de devenir un bon gros bordel comme le souligne Thierry. Certaines listes « de références » finiront par se dégager du lot, mais il y a fort à parier que celles ci seront l’oeuvre de power-user. Forcément, ça donne l’impression de tourner un peu en rond.
  • Les listes vont peut-être devenir un excellent outil pour surveiller votre identité numérique. Je n’y avais jamais pensé avant, mais cela saute aux yeux en regardant les titres des listes ou nous sommes présents. Ainsi, en jetant un coup d’oeil aux 86 listes me mentionnant, je me rend compte que, si je suis majoritairement perçu en tant que blogueur high tech, mon statut de podcasteur n’est pas bien loin derrière. Avec un bon outil d’analyse sémantique, je vois d’ici les applications d’analyse qui vont rapidement émergés.

Enfin, pour en finir, un type de liste Twitter qui va être amusant à surveiller : les listes négatives ou à fort potentiel chaotique. J’en ai déjà repéré quelque unes comme celle des trollowers de Stageeve, « la liste de Schindler » croisée sur je ne sais plus quel compte et bien entendu ma liste « Plan Sex From Outer Space » qui s’annonce comme un must have pour toutes mes followeuse.

Et vous bande de Geeks, dans quelle liste Twitter m’avez vous fourré?