firefox-vs-chromeEn lisant hier un billet de presse-citron consacré à gReactions, un autre plug-in à la con pour firefox, j’ai soudainement réalisé que j’utilisais beaucoup moins qu’avant mon navigateur favori. Sans en arriver à l’affirmation racoleuse (mais vendeuse) qui fait le titre de ce billet, il faut bien reconnaitre que j’ai de plus en plus le reflexe de privilégier Chrome pour surfer.

Entendons nous bien. Firefox est un putain de navigateur. C’est même le premier logiciel que j’installe sur chaque ordinateur qui me tombe sous les mains afin de m’affranchir d’Internet Explorer. Les plug-ins de mon fidele FF me rendent d’innombrables services et je n’imagine même plus comment travailler sur un site sans ma barre du développeur à porté de clic. Puis c’est quand même à Mozilla qu’on doit la descente aux enfers actuelle d’IE, et rien que pour cette raison, l’équipe derrière le bousin mériterait de recevoir un prix Nobel.
Ceci dit, regardons les choses en face. Sans m’en rendre vraiment compte,  j’ai pris depuis quelques mois l’habitude d’utiliser Google Chrome à la place de mon fidele renard. Ce ne fut pas une décision soudaine, mais plutôt un lent glissement qui me fait aujourd’hui réfléchir à carrément passer Chrome comme navigateur par défaut.
Le fautif, celui sur qui repose le péché originel, je le connais! C’est la pierre angulaire de ma veille technologique quotidienne : Netvibes. Avec le millier de flux que je surveille chaque jour, utiliser l’usine à gaz de Tariq Krim était devenu absolument impossible sur Firefox. Au mieux cela ramait à mort, au pire Firefox freezait et j’étais bon pour un bon vieux ctrl+Alt+suppr des familles. Evidement j’aurais pu essayer Google Reader, voir même passer sur OS X mais, voila, quand je suis habitué à un outil qui marche (relativement) bien, je reste dessus jusqu’à ce que mort s’en suive. Pour vous donner une idée, la dernière fois que j’ai switché d’un logiciel à un autre, ça devait être pour passer d’Eudora à Thunderbird.
Autre raison d’utiliser principalement Google Chrome : les fuites de mémoires monstrueuse qui me donnaient parfois l’impression d’être revenu sur mon bon vieux 486Dx (les plus jeunes d’entre vous peuvent consulter la Wikipédia). Pour résumer la catastrophe : un seul onglet ouvert sur n’importe quel site en html et c’était carrément 1go de mémoire qui se trouvait vampirisé par Firefox. Malgré une réinstallation de XP et un passage sous Seven, je n’ai jamais pu trouver la source de ce mystère que j’imagine se situer du coté d’un plug-in mal foutu ou d’un conflit avec un autre logiciel en mémoire (Adobe air?). Mes recherches sur le sujet m’ont d’ailleurs fait découvrir que je n’étais pas le seul à en être victime.
Quoi qu’il en soit, le résultat est la : Firefox ne me sert plus que lorsque je travaille sur des développements de site. Le reste du temps, qu’il s’agisse de mater des vidéos, de consulter des sites ou de faire de la veille, Chrome est mon ami. L’ultra simplicité de l’interface, la vitesse et l’efficacité redoutable du produit (qui sont autant de marques de fabrique de Google), auront réussi la ou d’autres navigateurs avec des centaines d’options à la con se seront brisé les dents.
Et vous? Vous restez fidèle à votre navigateur ou il vous est déjà arrivé de switcher?.

Entendons nous bien. Firefox est un putain de navigateur. C’est même le premier logiciel que j’installe sur chaque ordinateur qui me tombe sous les mains afin de m’affranchir d’Internet Explorer. Les plug-ins de mon fidele FF me rendent d’innombrables services et je n’imagine même plus comment travailler sur un site sans ma barre du développeur à portée de clic. Puis c’est quand même à Mozilla qu’on doit la descente aux enfers actuelle d’IE, et rien que pour cette raison, l’équipe derrière le bousin mériterait de recevoir un prix Nobel.

Cela dit, regardons les choses en face. Sans m’en rendre vraiment compte,  j’ai pris depuis quelques mois l’habitude d’utiliser Google Chrome à la place de ma fidele bête à poils ras. Ce ne fut pas une décision soudaine, mais plutôt un lent glissement qui me fait aujourd’hui réfléchir à carrément passer Chrome comme navigateur par défaut.

Le fautif, celui sur qui repose le péché originel, je le connais! C’est la pierre angulaire de ma veille technologique quotidienne : Netvibes. Avec le millier de flux que je surveille chaque jour, utiliser l’usine à gaz de Tariq Krim était devenu absolument impossible sur Firefox. Au mieux cela ramait à mort, au pire Firefox freezait et j’étais bon pour un bon vieux ctrl+Alt+suppr des familles. Evidement j’aurais pu essayer Google Reader, voir même passer sur OS X mais, voila, quand je suis habitué à un outil qui marche (relativement) bien, je reste dessus jusqu’à ce que mort s’en suive. Pour vous donner une idée, la dernière fois que j’ai switché d’un logiciel à un autre, ça devait être pour passer d’Eudora à Thunderbird.

Autre raison d’utiliser principalement Google Chrome : les fuites de mémoires monstrueuses qui me donnaient parfois l’impression d’être revenu sur mon bon vieux 486Dx (les plus jeunes d’entre vous peuvent consulter la Wikipédia). Pour résumer la catastrophe : un seul onglet ouvert sur n’importe quel site basic en html et c’était carrément 1go de mémoire qui se trouvait vampirisé par Firefox. Malgré une réinstallation de XP et un passage sous Seven, je n’ai jamais pu trouver la source de ce mystère que j’imagine se situer du coté d’un plug-in mal foutu ou d’un conflit avec un autre logiciel en mémoire (Adobe Air?). Mes recherches sur le sujet m’ont d’ailleurs fait découvrir que je n’étais pas le seul à en être victime, ce qui me rassure un peu par certains cotés.

Quoi qu’il en soit, le résultat est la : Firefox ne me sert plus que lorsque je travaille sur des développements de site. Le reste du temps, qu’il s’agisse de mater des vidéos, de consulter des sites ou de faire de la veille, Chrome est mon ami. L’ultra simplicité de l’interface, la vitesse et l’efficacité redoutable du produit (qui sont autant de marques de fabrique de Google), auront réussi la ou d’autres navigateurs dotés de centaines d’options à la con s’étaient cassés les dents.

Et vous? Vous restez fidèle à votre navigateur ou il vous est déjà arrivé de switcher?