GeekS01E1-magazineC’est la grande mode du moment, impossible de lire un article abordant le thème de la presse en ligne sans tomber sur un paragraphe dénonçant ces salopards de blogueurs, spécialistes du ragot et de l’information non vérifiée. Circonstance aggravante, ces maudits trouble-fêtes sévissent sur Internet, 9em cercle de l’enfer où des terroristes pédophiles vous attendent à chaque coin de page html. Tout le monde devrait pourtant le savoir depuis le temps : il est impossible de faire confiance à une information qui n’a pas souillé un papier journal de son encre noire pour être ensuite annoncée solennellement au 20h de TF1. Mettez le vous en tête bordel : les auteurs de blog sont définitivement coupables de vouloir bouffer le travail des professionnels de l’information, et en plus ils salopent le boulot en le faisant gratuitement.

Seulement voila, même s’il faut bien admettre que certains arguments sont pertinents (comme l’anonymat de l’auteur ou la vérification des sources) taper sans cesse sur les blogueurs c’est tout de même oublier un peu vite qu’aucun d’entre nous (ou presque) ne revendique le titre de journaliste. Prudent, nous préférons en effet laisser ce rôle à ceux dont c’est le métier et qui ne sont pas susceptibles de mourir de honte après avoir diffusé des extraits de séries TV en les faisant passer pour des images originales de la disparition du vol AF447.

Le nouveau statut d’éditeur de presse en ligne, tant attendu par les pure-player et Marc Dorcel pourrait bien régler ce conflit de poulailler. Encore faudrait-il que la quasi obligation de modérer les commentaires avant publication rejoigne rapidement le cimetière des amendements stupides.

Roulement de tambours, le fantastique vrac du Captain :

Tout est dit ou presque, vous pouvez retourner perdre votre temps ailleurs jusqu’à demain pour la prochaine revue de Web.