surcouf-yougs-venteTout le monde aime s’offrir un petit cadeau de temps à autre. Le Captain lui-même,  entre deux projets de sites de boules, ne rechigne pas à s’offrir quelques moments de bon temps dans le premier bar à putes de Pigalle venu. Les grandes entreprises n’étant pas bien différentes du commun des mortels, l’on vient d’apprendre que la chaine de magasin Youg’s met la main sur Surcouf pour une somme restée secrète.

Depuis le temps que PPR cherchait à se débarrasser de son canard boiteux informatique, le champagne a dû couler à flot. Faut dire que le vaisseau pirate du grand couf prend l’eau de toutes parts depuis  maintenant des années. Entre les prix à la ramasse, les vendeurs prêts à tout pour vous fourguer des fins de séries vieilles de 10 ans et son tout nouveau rayon sex toys, Surcouf est bien loin de sa gloire passée. Et encore, je n’aborde pas le cas du navire amiral de l’avenue Daumesnil, entouré de chaloupes pirates chinoises qui vendent les mêmes produits 50% moins cher. C’est dire si Youg’s aura du boulot pour redresser la barre.

Dans le même genre l’on a pu lire ces dernières heures que la 4e licence 3G serait finalement vendue 240 millions d’euros. Une aubaine pour free qui attend la première occasion pour se faire un gros plaisir en mettant la main dessus (et en fistant au passage ses concurrents). Ce n’est quand même pas gagné vu qu’Orange menace déjà d’attaquer en justice pour contester le prix de vente, pas loin de trois fois inférieur à celui payé par l’opérateur quelques années plus tôt.

Si l’on peut comprendre qu’Orange fasse la gueule, certaines mauvaises langues prétendent que ce n’est qu’un juste retour de bâton qui venge un peu tous les clients ayant claqué leur livret A dans le premier iPhone, pour voir quelques mois après la seconde version en vente deux fois moins chere. Reste que contrairement à l’iPhone dont le Firmware 3.0 est disponible, les licenses 3G n’auront pas droit à des mises à jour gratuites.

En vrac :

Tout est dit ou presque, vous pouvez retourner vous perdre ailleurs jusqu’à demain ou après demain ou en 2010 pour la prochaine revue de Web.