erikson-poopC’est l’un des cotés terriblement décevant du courrier électronique, il est impossible de l’utiliser pour envoyer autre chose que des données numériques. Imaginez un peu ce que cela donnerait si l’on pouvait demain envoyer un sandwich, une poupée gonflable ou une armoire normande par e-mail. Tout de suite, les spams prendraient une autre allure avec leurs exemplaires gratuit de viagra ou de fausses rolex en pièce jointe.

Heureusement, en attendant qu’un génie invente une machine à téléporter les objets par Internet, il est toujours possible de s’amuser avec notre bon vieux système postal.

L’un des moyens les plus amusants trouvé pour détourner le système, est le désormais célèbre jeu du POOP (Permissible Objects Of Postability), popularisé par le concours permanent de Wired aux états unis. L’objectif du POOP : envoyer l’objet le plus étrange possible par la poste, le tout bien évidement sans emballage et avec l’adresse du destinataire directement écrite sur le bordel. Si le concours de Wired tenait de la bonne blague d’étudiant, l’artiste Suédois Eric Ericson a élevé la discipline au rang de performance artistique.

Celui ci vient en effet de sortir un livre ou il raconte dans le détail ses multiples et étranges envois d’objets à un certain Mr Cheng, censé disposer d’une boite dans un bureau de poste à Berlin. De la mappemonde au squelette complet en passant par de vieux morceaux de fromages qui ne devait plus être très frais à l’arrivée, l’inventaire du fantastique bordel qu’il a tenté d’envoyer a de quoi laisser perplexe le dernier des blasés.

Le plus étonnant dans tout cela, c’est qu’une grande partie des objets est arrivée correctement à destination, transformant probablement le bureau de poste maudit en succursale du marché aux puces. Reconnaissons le en tous cas, voila une excellente nouvelle technique pour persécuter les employés de la poste la plus proche de chez vous.