geoeye-1_imageQuand on se casse le cul à envoyer plusieurs tonnes de métal dans l’espace, ce n’est généralement pas pour le plaisir de foutre aux chiottes cinq cent millions de dollars. Histoire de nous prouver que son satellite ne flotte pas au dessus de nos têtes uniquement pour le plaisir de voir son logo faire le tour de la terre à 30000 kilomètres heures, Google commence donc à diffuser les premières images prises par GeoEye1. Au total c’est 19 clichés mis en relief dans Google Earth qui sont déjà disponibles. Parmi ceux ci, on retrouvera Hong Kong, Dubai, Arcachon ou le Mont Fuji (cherchez l’erreur).

Dans le monde merveilleux des droits d’auteurs et du filtrage de l’Internet pas mal de news continuent d’affluer. Nouvelle balle dans les fesses du projet de loi, certains spécialistes affirment, preuve à l’appui, que le système de filtrage pourrait remettre en cause le modèle émergent de SaaS (concept qui consiste à remplacer vos logiciels qui rament sur votre pc par des applications qui rament encore plus en ligne). Un peu gênant au moment ou ce modèle est censé révolutionner l’informatique dans les années à venir.

Le filtrage des sites aux contenus pédo-pornographiques pose lui un autre problème : il obligerait l’État à rendre public la liste des sites en question, transformant ainsi le journal officiel en guide du routard de la pédophilie. En Australie où une telle mesure est déjà mise en place, la liste est gardée secrète ce qui arrange sans doute les autorités vu qu’elle contiendrait un bon nombre de sites totalement légaux (le fait de mettre ses deux mains dans les orifices d’un individu est encore considéré comme légal si celui-ci est d’accord). Cerise sur le gâteau déjà bien gras, tout site publiant un lien vers l’un des sites interdit (dont la liste est secrète rappelons le) est passible de 11000€ d’amende par jour.

Au canada où l’équivalent de notre Hadopi n’a pas rencontré un franc succès, NBC Universal a trouvé un autre moyen de se rendre populaire en interdisant la diffusion dans un cinéma du dernier épisode de Battlestar Gallactica, et cela quelques jours seulement avant l’opération (et surtout après l’avoir autorisé dans un premier temps). Cet épisode qui devait être diffusé au même moment à la télévision aurait été l’occasion de récolter de l’argent pour la banque alimentaire. Les artistes et les patrons de NBC ne devant pas  s’y fournir souvent n’ont sans doute pas jugé utile de soutenir une initiative de pauvres.

Tout est dit ou presque, vous pouvez retourner perdre votre temps ailleurs jusqu’au prochain billet.