logo-pole-emploiLe petit buzz de ces dernières heures, c’est que contrairement à ce que pourraient laisser croire les trois millions de graphistes qui crèvent la dalle sur Internet (ceux qui acceptent de bosser pour un ticket restaurant), le secteur de la communication visuelle n’est pas en crise. La preuve, il est encore possible de revendre un logo pour 500000 euros. A ce prix la, j’imagine que le pôle emploi a aussi eu la mise en page du papier à entête, voire, soyons fous, le design des cartes de visite. Mais ne nous attardons pas sur ce petit détail et attaquons nous à nouveau au vrai big buzz du mois de mars : le projet de loi délation création et Internet.

Les débats ont donc commencé aujourd’hui dans un hémicycle au bord de l’émeute (soit 30 députés en train de pioncer et treize qui mataient des magazines de boules cachés dans leur Figaro du jour). Je ne vais pas vous faire un résumé complet, Numérama s’en est une fois de plus chargé à la perfection. Disons juste qu’Albanel a dans l’ensemble bien récité son texte même si Pascal Nègre aurait pu penser à imprimer des caractères un peu plus gros, histoire de lui faciliter le travail.

Au final, malgré la performance pour l’honneur de Patrick Bloche et le déjà célèbre appel au spam de Jean-Pierre Brard il ne fait aucun doute que le projet de loi sera voté après la reprise des débats le 31 mars. Estimez-vous heureux, ça vous laisse un bon mois pour télécharger Taxi 4 et vous torcher les fesses avec le cd sur lequel vous l’aurez gravé.

Autre info du jour : Apple, pour qui le piratage n’est pas vraiment un problème, sort un nouvel iPod Shuffle dont tout le monde parle.  Grande nouveauté, le truc est désormais capable de parler pour vous indiquer le titre du morceau sur lequel vous êtes. Ce n’est pas que ce soit très utile, mais il fallait bien une fonctionnalité pour compenser le design de chiottes.

En vrac maintenant, car le Captain est grave à la bourre ce soir :

Tout est dit ou presque, vous pouvez retourner perdre votre temps ailleurs, en envoyant par exemple un petit mot d’amour à Christine Albanel…