dede-hadopiRoulement de tambours et tout le bordel, c’est la cinquantième revue de web du Captain. Décidément, le temps passe vite quand on raconte des insanités sur le Web.  Comme je n’ai pas de bougies sous la main, je vais plutôt vous résumer les événements qui ont fait frémir le Web ces dernières 72h. Ensuite j’irai me défoncer au Rhum sur le forum de famille de France (parait qu’on a le droit de faire de la pub pour l’alcool sur Internet maintenant, alors j’inaugure).

Commençons par le projet de loi Hadopi. A quelques heures de l’ouverture des débats, les esprits s’échauffent et les coups volent bas. Christine Albanel qui pensait faire un bon mot en décrivant nos camarades de la quadrature du net comme étant « 5 gus dans un garage qui font des mails à la chaîne » vient de se reprendre le boomerang verbal qu’elle avait lancé en pleine tête. Epic fail puisqu’en une seule phrase elle réussissait à étaler ses préjugés sur la nouvelle économie et à confirmer l’efficacité de la campagne de la Quadrature. Cerise sur le gâteau, après s’être rendu compte de la bourde, la dépêche originale a été subtilement modifiée plus de douze heures après sa première diffusion. Inutile de dire que loin de faire oublier l’affaire, ce nouveau rebondissement dévoilé par PC Impact a remis de l’huile sur le feu.

Il n’en fallait pas plus aux 5 gus en question pour contre-attaquer en ouvrant le site CinqGusDansUnGarage.org, qui comme vous pouvez vous en douter, ne relaye pas vraiment la campagne du gouvernement. Loin d’être déstabilisé, le ministère de la culture continue  sa brillante campagne pro-hadopi en spammant les députés.
Faudra bien ça pour remettre dans le rang une partie des élus de la majorité qui sont eux-mêmes à deux doigts de la guerre civile en ce qui concerne le projet de loi « création et Internet ». Si comme le Captain vous aimez les batailles sanglantes et les coups de couteau dans le dos, n’oubliez pas de suivre la saga Hadopi sur Numérama. Attention spoiler : à la fin c’est l’internaute qui se fait enculer dans une ruelle sombre.

Passons au dossier faismesdevoirs.com. On pensait l’affaire terminée avec la fermeture du site la semaine dernière, mais c’était sans compter sur Otto. Voyant la bonne occasion médiatique à portée de la main,  le chauffeur de buzz a acheté le nom de domaine jefaismesdevoirs.com et s’apprête à lancer en compagnie de son collègue Thierry Debarnot un site d’éducation 2.0. On en sait encore peu sur ce nouveau site, mais deux choses sont déjà sures: il est peu probable qu’il s’agisse d’un casino en ligne et il est presque certain que le malheureux créateur du concept original lui colle un procès au cul.

Le vrac du jour maintenant :

Tout est dit ou presque, vous pouvez retourner perdre votre temps ailleurs !