gr_earth-420x0C’est le gros buzz du début de semaine, et votre Captain préféré ne pouvait donc passer à coté du sujet : faismesdevoirs.com ouvre ses portes virtuelles demain à 14h.

Alors qu’il n’est pas encore en ligne, le site dont l’objectif est d’aider les gamins dans leur louable quête  du Graal éducatif (à savoir rester le plus longtemps possible à se branler les couilles au fond d’une classe) fait déjà polémique. Même TF1 en parle et nous met en garde contre ce terrible danger venu du Net et qui va rendre (encore plus) débile notre progéniture.  Étrange pourtant, j’étais persuadé que le principe de payer au lance-pierre un pigeon pour faire le boulot à ma place était l’un des piliers de notre société moderne.

Chez les acteurs de la presse en ligne on est d’ailleurs de cet avis et l’on va même plus loin en imaginant un business modèle original : faire payer les moteurs de recherche qui ont l’audace de reprendre quelques lignes de leurs articles. Alors que dans le monde réel certaines règles élémentaires de prudence font que les journaux évitent de rançonner les kiosques qui les distribuent, celles-ci semblent avoir disparu sur Internet. Les groupements d’éditeurs sont donc formels : Google News devra cracher au bassinet pour avoir le droit de reprendre des articles, même partiellement. Inutile d’être Einstein pour deviner que la réponse risque d’être sanglante si Google s’énerve et supprime de son index les joyeux plaisantins.

Continuons maintenant notre revue de web avec quelques nouvelles de Twitter, la messagerie du pauvre (selon Eric Schmidt). Le compte de @voyage_sncf_ qui se proposait de nous tenir au courant toutes les heures de l’état du site homonyme a malheureusement été supprimé après une trop courte carrière. Bien dommage, car rarement un service de notre brave compagnie des chemins de fer n’aura été aussi efficace. Au même moment 50 services Twitter continuent d’ouvrir chaque jour et Michel Barnier décide de suivre les infos du Captain (sans doute en raison de mes nombreuses références aux poneys).

Chez Apple rien ne va plus. Mac os X perdrait en effet des parts de marchés au détriment de Microsoft. Dans la panique, Apple  sacrifie 50 personnes en les clouant à une porte de grange (ou en les licenciant, je suis plus très sur). Profitant de ce moment de distraction, des brigands violent le dernier mac mini et dévoilent les photos de leur forfait sur le net. Le réseau est décidément sans pitié.

Ayant échappé de peu à une mort par météorite hier, je vais profiter du peu de vie sociale qu’il me reste devant un film de zombie et je vous invite donc à retourner perdre la votre ailleurs.