quadrature_black-out_hadopi_125x125pxHorreur et damnation, mon Netvibes est en rade. Si je n’avais pas déjà perdu une partie de ma journée à relayer sur Twitter les news les plus intéressantes de la journée, la revue de Web du jour serait peut être aussi intéressante qu’une édition de 20 minutes. Heureusement pour vous, je suis quelqu’un d’extrêmement prévoyant.

Commençons avec une bonne nouvelle. Suite à la décision récente de la cour d’appel de Paris de casser les fesses l’exclusivité d’orange sur l’iPhone, la concurrence se prépare à lancer ses propres offres. Pour l’instant, c’est SFR qui semble mener la course avec un lancement programmé pour le 8 avril prochain. Surprise, les prix annoncés sont finalement … quasi-identiques à ceux d’Orange. Grande victoire donc pour le consommateur, qui à défaut de voir les prix baisser aura au moins la possibilité de choisir son racketteur.

L’actu Google déborde encore de mon agrégateur aujourd’hui. Première info, l’annonce du remboursement de 2€ par utilisateur du service Google Apps après la panne Gmail de mardi dernier. Plutôt que de jeter sa piécette (ce qui aurait eu mauvaise allure), tous les utilisateurs « premium » se verront offrir 15 jours supplémentaires à leur abonnement. Au même moment, peut être pour rembourser l’énorme trou financier créé par ce magnifique cadeau, Google teste la publicité contextuelle sur les pages de son service d’actualité. La presse, déjà passablement énervée par le parasitisme du moteur, risque fort de ressortir la hache de guerre à cette occasion. Google s’en fout et s’inscrit sur Twitter.

Sans transition, au procès de ThePirateBay, l’accusation continue de s’enfoncer. Dernier acte de la semaine (le procès reprendra lundi prochain), l’épique comparution de Roger Wallis, un professeur spécialiste des Technologies de l’information. Celui ci a contrecarré un par un les arguments des maisons de disque, allant jusqu’à affirmer, études à l’appui que le piratage avait des effets positifs. Au final selon lui, les seuls perdants dans l’affaire seraient les producteurs qui verraient leur marge baisser au profit des artistes. Ceux ci toucheraient en effet davantage grâce aux revenus supplémentaires provenant par exemple des concerts.

Apothéose de la journée, l’avocat de l’IFPI s’est même fait rembarrer par Super Wallis après avoir tenté de mettre en doute personnellement le professeur. Le bordel a fini par être tel que le juge a procédé à une suspension de séance. Au rythme ou vont les choses, les pirates risquent de pendre à la grande vergue l’intégralité des membres de l’accusation avant la fin de la semaine prochaine.

Puis en vrac comme d’habitude :

Tout est dit ou presque, vous pouvez retourner perdre votre temps ailleurs jusqu’à demain