the_pirate_bay_logosvgLe Captain vous invite aujourd’hui à suivre une exceptionnelle revue de web nocturne; c’est magique, si vous regardez dehors il fait nuit (sur mon fuseau horaire tout du moins). Il y a quelques jours je disais qu’au rythme ou j’écris les revues de web, je finirais par les poster avec 48 heures de retards, et bien c’est presque fait. Comme quoi je devrais probablement me reconvertir dans la voyance, seul domaine ou l’on peut difficilement être à la bourre.

Mais sans retarder encore plus ce billet, passons en aux actualités high-tech de ces dernières 24h 36h. On commence bien entendu par la seconde journée du procès de thepiratebay.org qui a vu la moitié des charges contre le site s’envoler. L’accusation qui manifestement ne maitrise pas des masses le coté technique du P2P s’est faite coincée dans une ruelle sombre puis passée à tabac par la défense. Devant l’impossibilité de prouver que les adresses IP qui avaient servi à télécharger les fichiers piratés provenaient des serveurs de piratebay, le procureur a finalement laissé tomber l’accusation de complicité. Brokep a immédiatement commenté sur Twitter cette victoire de TPB par un « EPIC WINNING LOL » qui restera dans la légende.

Ici aussi, la riposte de l’industrie culturelle se prépare, et comme c’est un peu dur de trouver un équivalent français à thepiratebay.org, on préfère attaquer directement le bout de la chaine (ça c’est toi camarade lecteur, si tu sens un léger picotement dans le cul, ne t’étonne pas, c’est juste l’hameçon).

On apprend donc aujourd’hui que la future loi anti-piratage qui mettra en place une riposte graduée envers les internautes devrait commencer sur les chapeaux de roues avec pas moins de 1000 sanctions par jour. Christine Albanel a même mentionné la possibilité de brider les bornes WiFi publiques à une liste blanche de sites autorisés (même la Chine n’avait pas osé, c’est dire si la france peut encore être novatrice dans certains domaines). En attendant la riposte s’organise déjà sur certains forums mal fréquentés ou de petits malins parlent de spoofer les ip des ministères pour télécharger l’intégrale de Michel Sardou. De longues heures d’amusement en perspective quand il s’agira de trouver à qui envoyer les lettres recommandés.

Puis un peu de vrac pour finir cette revue de web tardive :

Tout est dit ou presque, vous pouvez retourner perdre votre temps ailleurs jusqu’à demain matin (et pas sur des sites de streaming bande de salopards).