La nouvelle du week-end est que si notre monde de merde ne s’auto détruit d’ici la, vous pourriez bien trouver Windows 7 sous votre sapin en noël 2009. Microsoft, pressé d’oublier l’échec de Vista, aurait revu son planning pour une sortie anticipée de sa nouvelle usine à gaz aux fêtes de fin d’année. Je ne sais pas vraiment si on peut considérer ça comme un cadeau, excepté bien sur pour les actionnaires, car mathématiquement ceux ci devraient voir leurs dividendes augmenter de façon indécente (et inversement proportionnel au nombre de clients satisfaits du service technique de Windows).

Facebook aussi continue à faire parler de lui. Alors que le site vient d’atteindre les 175 millions d’utilisateurs, on apprend grâce à l’une des plus belles gaffes informatiques de ces dernières années, que celui-ci ne vaudrait finalement qu’à peine plus de 3,5 milliards de dollars. C’est quand même quatre fois moins que sa valeur estimée au moment ou Microsoft était rentré au capital. Sauf erreur de ma part, ça valorise à 7$ chaque utilisateur du site, soit bien plus que  l’estimation personnelle que je fait de l’intégralité de mes amis sur Facebook.

Chez les camarades vikings du Captain, c’est aujourd’hui que s’ouvre le tant attendu procès de pirate bay. Cette bataille homérique qui devrait durer trois semaines promet d’être médiatisée comme jamais un procès pour piratage ne l’a été avant. Les accusés se sont en effet assurés que des extraits vidéos et audio seraient retransmis sur le net et que l’affaire ferait l’objet d’un suivi en direct par plusieurs dizaines de blog (sans oublier Twitter). Alors que certains prévoient qu’une victoire des majors (peu probable à priori) pourrait remettre en cause sérieusement la stabilité des réseaux torrents, dans la réalité le risque de voir pirate bay disparaitre est très faible. Depuis la saisie qui avait provoqué une coupure de quelques jours du site, les serveurs de thepiratebay.org sont effectivement dispersés dans plusieurs pays, ce qui rend plutôt hardcore un shutdown global du réseau.

En France pendant ce temps la, Sarkozy confirme le projet de filtrage du net. Une mesure qui, si elle ne concerne que les sites pédophiles pour commencer devrait vite être étendu par décret aux sites de partages, puis à tous les sites que la morale réprouve, soit 99,99% d’Internet.

Sinon, c’est officiel, Lycos n’est plus qu’une vieille charogne et les restes ont été balancés aux chiens.

Tout est dit ou presque, vous pouvez retourner perdre votre temps ailleurs, par exemple sur Twitter (ou le Captain perd lui aussi trop de ses précieuses heures).