A Google, il (Dieu) dit: – «Je multiplierai les procès, dans la peine tu payeras des amendes toujours plus lourdes. – Ta convoitise te poussera vers des annonceurs relous qui te colleront des procédures judiciaires accompagnés de frais de justices dans les dents.» [Evangile selon Captain Web 20 1 09]

Et c’est donc à plus de 400000 € d’amende que Google a été condamné pour « détournements d’internautes », soit l’équivalent de son budget post-it pour 3 mois. Pour rappel, on reproche au moteur de recherche d’avoir permis à des sociétés concurrentes d’utiliser les marques des plaignants pour leurs publicités. Le TGI de Paris ayant interdit à Google la poursuite de ces actes illicites, adWords ne devrait donc plus être accessible en France à partir de demain (non mais parceque sérieusement, gerer les marques c’est trop de bordel). A moins bien sur que notre moteur de recherche préféré utilise le papier du jugement comme papier cul…

En parlant de justice, Christine Albanel est toujours décidée à faire passer la loi sur la riposte graduée au plus vite. Comme le vote définitif ne pourra avoir lieu avant fin février, voir mars, la ministre a évoqué au Midem une anticipation par les fournisseurs d’accès Internet de  la mise en place d’Hadopi. Ceux ci qui demandaient six mois de délais après le vote de la loi pour se préparer seront surement ravis d’obtempérer.

Profitons de l’occasion pour saluer cette grande avancée de la démocratie qui consiste désormais à appliquer les lois avant même qu’elles ne soient votées.

En vrac maintenant et dans le désordre  parce que comme hier, je suis à la bourre : sachez que Windows 7 dispose déjà sa collection d’antivirus (ce qui risque d’être utile), qu’il n’y a pas d’âge pour devenir un gros Nerd en passant ses certifications Microsoft et que Lycos continue de massacrer le peu de services qui restaient dans sa hotte (Tripod existait encore les gars!!!).

Une fois de plus, tout est dit ou presque, vous pouvez retourner perdre votre temps ailleurs. Les plus gros glandeurs peuvent aussi rester au pieu pour voir l’investiture d’Obama en direct (qui finalement ne rendra pas son Blackberry, fin du suspense!).